Skip to main content
Bâtir l’avenir numérique de l’Europe

Asie-Pacifique

L’Asie est une région économique dynamique du monde, avec des marchés dynamiques et une forte capacité d’innovation.

Chine

La Commission européenne maintient un dialogue annuel sur les TIC avec la Chine portant sur les politiques en matière de TIC et de numérique ainsi que sur les questions réglementaires.

Le dialogue sur les TIC est géré conjointement par la direction générale des réseaux de communication, du contenu et des technologies (DG Connect) et le ministère chinois de l’industrie et des technologies de l’information depuis 2009. Ce dialogue a conduit à une coopération sur l’internet des objets et à une déclaration commune sur la 5G. En outre, un conseiller en matière de TIC est basé à la délégation de l’UE à Pékin.

Les TIC et l’économie numérique sont également étroitement liées à divers dialogues et activités de coopération entre l’UE et la Chine en matière de commerce et de recherche, y compris Horizon 2020.

Le Service européen pour l’action extérieure et la DG Connect coprésident un groupe de travail UE-Chine sur le cybergroupe créé en 2012 dans le but de renforcer les échanges et la coopération sur les questions informatiques.

Inde

Le quinzième sommet entre l’Union européenne et l’Inde, qui s’est tenu en juillet 2020, a confirmé que la relation avec l’Inde dans le domaine numérique repose sur des valeurs communes.

La relation se concentre sur des questions d’intérêt commun pour parvenir à une numérisation centrée sur l’homme et pour développer des économies et des sociétés inclusives. La partie UE a proposé de lancer un forum de haut niveau sur l’investissement numérique, au sein duquel les dirigeants d’entreprises pourront discuter des possibilités concrètes de coopération et des questions préoccupantes.

La coopération en cours entre l’UE et l’Inde se déroule sous l’égide d’un groupe de travail conjoint annuel sur les technologies de l’information et des communications, coprésidé par la DG Connect, le ministère de l’électronique et des technologies de l’information (MEITY) et le département des télécommunications du ministère des communications.

Le groupe de travail conjoint offre l’occasion aux deux parties d’écouter la voix des entreprises indiennes et européennes dans le secteur numérique et de traiter des questions préoccupantes. Le sommet de juillet 2020 est convenu d’améliorer le niveau de dialogue et de coopération.

Parmi les objectifs en cours figurent la coopération et les échanges en vue d’un déploiement sûr et éthique de l’intelligence artificielle et d’un niveau élevé de protection des données à caractère personnel et de la vie privée. Les deux partenaires abordent ces objectifs en vue de faciliter les flux de données transfrontaliers sûrs et sécurisés entre l’UE et l’Inde.

Reconnaissant le potentiel du calcul à haute performance (HPC) pour soutenir les réponses aux catastrophes naturelles et aux pandémies, l’UE & l’Inde a également pris les premières mesures de coopération en matière de CHP.

L’UE et l’Inde coopèrent à l’élaboration d’une norme d’interopérabilité mondiale pour la 5G, sur la cybersécurité et sur la promotion des travaux techniques et réglementaires sur le développement de nouvelles technologies, telles que la chaîne de blocs. Ils coopèrent également pour soutenir les écosystèmes de démarrage.

De nombreux travaux ont été menés pour renforcer la coopération mutuelle en matière de normalisation des TIC, ce qui peut contribuer à soutenir le commerce. La Telecom Standards Development Society (TSDSI) de l’Inde travaille avec les organisations européennes de normalisation — CEN, CENELEC et ETSI — par l’intermédiaire du projet d’expert en normalisation détaché en Inde (SESEI).

Le projet de normalisation des TIC entre l’Inde et l’UE vise à promouvoir l’alignement entre l’Inde et l’Europe sur l’élaboration et l’utilisation des normes en matière de TIC. En outre, le projet INDICO vise à accroître la collaboration sur les technologies 5G, IoT (Internet des objets) et blockchain, y compris leurs aspects de sécurité.

La Commission dispose d’un conseiller en matière de TIC au sein de la délégation de l’UE à Delhi.

Japon

Les relations de l’UE avec le Japon restent très étroites, et un dialogue constant a lieu avec le ministère de l’intérieur et des communications (MIC) et le ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie (METI), ainsi qu’avec le Cabinet.

Les relations de l’UE avec le Japon sont traitées dans le cadre d’un dialogue annuel sur les TIC avec le MIC, qui a eu lieu depuis plus de 20 ans. Le dialogue annuel sert de cadre à la majeure partie de la coopération bilatérale dans le secteur des TIC. Tous les deux ans, une réunion de haut niveau est également organisée à Tokyo sur les questions relatives aux TIC avec le Ministère de l’économie du commerce et de l’industrie (METI). En outre, la Commission maintient un expert en TIC au sein de la délégation de l’UE à Tokyo.

L’UE et le Japon partagent des objectifs communs dans leur approche inclusive, ouverte et multipartite de la gouvernance de l’internet, et coopèrent sur la base de cette vision. Il existe également une coopération dans le domaine de la cybersécurité et de l’utilisation des TIC pour la fourniture d’un vieillissement actif et en bonne santé à leurs populations âgées en croissance.   

Un nouvel accord de partenariat économique entre l’UE et le Japon est entré en vigueur en février 2019. Le nouvel accord comprend des chapitres sur le commerce électronique, les services de télécommunications, la coopération réglementaire et les droits de propriété intellectuelle.

Les deux parties ont également conclu les négociations sur l’adéquation réciproque, acceptant de reconnaître mutuellement les systèmes de protection des données comme étant «équivalents». Cela permettra aux données à caractère personnel de circuler en toute sécurité entre l’UE et le Japon, ce qui créera la plus grande zone de flux de données sûrs au monde.

L’UE et le Japon ont signé une déclaration conjointe sur la coopération dans le développement de la 5G. Celui-ci a été précédé d’un protocole d’accord signé le 25 mars 2015 à Francfort entre les associations industrielles 5G de l’UE et du Japon (5GPPP et ARIB).

Corée du Sud

La coopération actuelle et future entre la Commission européenne et le ministère coréen de la science, des TIC et de la planification de l’avenir (MSIP) couvre la recherche sur les TIC, la 5G, l’informatique en nuage et l’internet des objets (IoT).

La coopération entre la Corée du Sud et l’Union européenne est régie par un accord de coopération scientifique et technologique, entré en vigueur en 2007. Le comité mixte scientifique et technologique UE-Corée se réunit chaque année dans le but d’examiner et d’examiner la coopération, tandis que les questions relatives aux TIC sont gérées au sein d’un groupe de travail spécifique sur les TIC.

L’Union européenne et la Corée ont conclu un accord lors du 7e sommet UE-Corée du 8 novembre 2013 sur la promotion de la collaboration en matière de recherche et de développement dans le domaine des TIC, notamment dans le domaine de la future génération de réseaux de communication.

La Commission européenne et la Corée du Sud ont signé une déclaration commune à Séoul en 2014 afin d’œuvrer à une définition mondiale de la 5G et de coopérer à la recherche sur la 5G et à l’harmonisation du spectre radioélectrique pour l’interopérabilité mondiale. Il a été suivi d’un protocole d’entente avec l’industrie. Des entreprises sud-coréennes et européennes ont présenté la nouvelle technologie 5G aux Jeux olympiques d’hiver 2018 à Pyeong Chang.

Taïwan

La DG Connect a organisé le premier dialogue sur les TIC avec Taïwan en juin 2019, au cours duquel plusieurs domaines de coopération potentiels, y compris la recherche et le développement et l’IA, ont été identifiés.

La coopération UE-Taiwan en matière de recherche dans le domaine des TIC est bien établie dans le domaine de la 5G, et un deuxième appel ciblé avec Taïwan a été lancé en 2019, axé sur un réseau intégré de bout en bout pour les essais 5G.

ASEAN et ASEM

L’UE et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) partagent un engagement en faveur de l’intégration régionale en tant que moyen de favoriser la stabilité régionale, de renforcer la prospérité et de relever les défis mondiaux.

La réunion Asie-Europe (ASEM) est un processus informel de dialogue et de coopération réunissant les États membres de l’Union européenne et la Commission européenne avec 16 pays asiatiques et le secrétariat de l’ANASE.

Pour en savoir plus sur les deux initiatives, voir la page sur les relations de la Commission européenne avec les organisations internationales et les forums multilatéraux.

Contenu associé

Vue d’ensemble

Politique étrangère

Étant donné qu’un plus grand nombre de pays s’inspirent du modèle numérique européen, les entreprises européennes ont plus de possibilités de faire des affaires, créant davantage d’emplois pour les citoyens.

À lire également

Voisins de l’UE

La Commission européenne travaille en étroite collaboration avec des pays tiers géographiquement proches de l’Union européenne.

Afrique

La transformation numérique offre à l’Afrique d’énormes possibilités.

Relations régionales et bilatérales

Les relations régionales et bilatérales mettent l’accent sur l’accès aux marchés pour les entreprises européennes et sur la promotion d’un environnement réglementaire mondial sain et transparent.

Amériques

L’économie numérique et la société font désormais partie intégrante de l’agenda des relations de l’UE avec les Amériques.