Skip to main content
Bâtir l’avenir numérique de l’Europe
Report / Study | Publication

Rapports sur les actions de janvier et de février

La Commission publie aujourd’hui les derniers rapports de la plateforme signataires du code de bonnes pratiques contre la désinformation concernant les efforts qu’ils déploient actuellement pour limiter la désinformation liée à la COVID-19 et aux vaccins. En raison des mesures qu’ils ont prises pour lutter contre la désinformation sur la guerre en Ukraine, les signataires ont demandé un délai supplémentaire pour mettre en œuvre le code de bonnes pratiques renforcé.

La crise de la COVID-19 et l’ agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine montrent bien les menaces et les défis que la désinformation fait peser sur nos sociétés. Les signataires actuels et potentiels du code sont fortement impliqués dans la prise de mesures urgentes pour limiter la désinformation liée à la guerre en Ukraine. Cela a eu une incidence sur le processus de rédaction du code, de sorte que les signataires actuels et potentiels du code ont indiqué qu’ils auront besoin d’un délai supplémentaire pour finaliser la révision du code. Dans le même temps, la crise apporte également une précieuse contribution au type d’actions nécessaires pour faire face à une vague de désinformation aussi grave et sans précédent. La Commission a donc demandé aux plateformes de veiller à ce que les enseignements soient tirés dans le contexte actuel et reflétés dans un code révisé à l’épreuve du temps.

La désinformation liée à la COVID-19 demeurant une préoccupation majeure, la Commission publie aujourd’hui des rapports sur les mesures prises par TikTok, Twitter, Meta, Microsoft et Google en janvier et février 2022 pour lutter contre cette désinformation.

Lutter contre la désinformation liée à la COVID-19

Les plateformes rendent compte de leurs politiques et initiatives actualisées visant à réduire la propagation de la désinformation liée à la COVID-19 en janvier et février, par exemple: 

  • TikTok a fait état d’une augmentation (+ 18 499) des vidéos portant des balises COVID (46 920) en janvier 2022 par rapport à décembre 2021, et d’une forte baisse à 20 620 vidéos marquées en février. Les vidéos portant l’étiquette vaccinale contre la COVID-19 étaient au contraire de 450 960 en janvier (+ 185 201 à partir de décembre), et elles sont tombées à 196 449 en février. TikTok indique que l’augmentation en janvier a été causée par la vague d’Omicron, tandis que la réduction en février s’est produite en raison de la levée progressive des restrictions liées à la COVID-19 dans de nombreux États membres.
  • En janvier, Twitter a étendu à l’Espagne une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de signaler les fausses informations qu’ils rencontrent sur la plateforme, y compris les fausses informations liées à la COVID-19 (disponibles auparavant uniquement aux États-Unis, en Australie et en Corée du Sud). En outre, Twitter a signalé la suspension de 2 153 comptes en janvier (+ 1 487 par rapport à décembre) et la suppression de 3 397 contenus (-1 162), ainsi que la suspension de 336 comptes et la suppression de 1 828 contenus en février pour violation de la politique d’information trompeuse liée à la COVID-19. En février, Twitter a lancé une nouvelle page du centre d’aide qui consolide les politiques et les efforts déployés par Twitter pour lutter contre les informations trompeuses. Twitter a également étendu l’utilisation de labels d’État plus transparents à d’autres pays (par exemple, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne). Twitter a commencé à ajouter des étiquettes sur les tweets qui relient les médias publics à des contenus liés à l’Ukraine.
  • Selon les MEAA, en janvier 2022, 20 millions de visiteurs de l’UE ont visité le centre d’information COVID-19 (+ 4 millions par rapport à décembre 2021). En février, ce nombre est tombé à 9.9 millions. En réponse à la demande de la Commission, Meta rend compte séparément des actions Facebook et Instagram, indiquant qu’elle a retiré plus de 142 000 contenus de Facebook et plus de 7 800 pièces d’Instagram en janvier, et plus de 60 000 contenus provenant de Facebook et plus de 16 000 d’Instagram dans l’UE pour avoir violé nos politiques en matière de lutte contre la COVID-19 et de désinformation vaccinale.
  • Microsoft a mis en place un tracker qui recense les sites web publiant des informations erronées sur la COVID-19, disponibles en France, en Allemagne et en Italie. Réalisé en partenariat avec Newsguard, le tracker a recensé jusqu’à présent 547 sites web de ce type dans le monde entier. Le panel d’expérience de la COVID-19 apparaissant sur Bing lors de la recherche de termes liés à la COVID-19 a fait l’objet de 3 016 296 visites en janvier et février (-1 787 114 par rapport à la période de référence précédente). Microsoft indique également qu’elle a autorisé certaines publicités pour vaccins liées à la COVID-19 de la part des pouvoirs publics, ce qui a généré 1 984 022 impressions, avec 112,734 clics qui en ont résulté dans l’UE entre janvier et février.
  • Depuis janvier, Google a bloqué ou retiré plus de 103,5 millions d’annonces liées à la COVID-19 des marchés de l’UE pour des violations des politiques, y compris des escroqueries et des fausses informations sur les cures et les faux vaccins.

Le programme de surveillance de la COVID-19 durera jusqu’en juin 2022, avec des rapports faisant référence aux mesures prises en mars et en avril.