Skip to main content
Bâtir l’avenir numérique de l’Europe

Haut débit: Aides d’État

Des aides d’État en faveur du haut débit peuvent être nécessaires dans certains endroits où le marché ne fournit pas les investissements nécessaires dans les infrastructures.

Le plan de la Société Catalane du Gigabit, Espagne

fix-empty

Sur le marché du haut débit, les investissements devraient généralement provenir d’opérateurs privés. Ainsi, les aides d’État, ou le soutien des autorités nationales, régionales et locales, sont en principe interdits. Toutefois, il peut être admissible si certaines conditions sont remplies, telles que le marché ne fournissant pas l’infrastructure nécessaire. 

Les conditions pertinentes pour l’appréciation des aides d’État sont fixées dans les dispositions générales relatives aux aides d’État du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

Aux termes de l’article 107, paragraphe 1, TFUE, «les aides accordées par les États ou au moyen de ressources d’État sous quelque forme que ce soit qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions sont incompatibles avec le marché intérieur, dans la mesure où elles affectent les échanges entre États membres».

Pour qu’une mesure d’aide soit qualifiée d’aide d’État, elle doit être octroyée au moyen de ressources d’État, conférer un avantage économique sélectif aux entreprises et être susceptible de fausser la concurrence et d’affecter les échanges entre États membres.

S’il s’agit d’une aide d’État, la Commission européenne évaluera si elle peut approuver la mesure d’aide au moyen d’une évaluation de la compatibilité. Dans la plupart des cas, la Commission européenne procédera à l’évaluation de la compatibilité conformément à l’article 107, paragraphe 3, point c), du TFUE et à la lumière des lignes directrices pertinentes de l’UE. Pour le secteur du haut débit, la Commission européenne appliquera les lignes directrices de l’UE pour l’application des règles en matière d’aides d’ État en ce qui concerne le déploiement rapide des réseaux à haut débit.

Le soutien public aux investissements dans les réseaux à haut débit est en principe possible. Les règles en matière d’aides d’État autorisent l’utilisation de financements publics pour les réseaux à haut débit, lorsqu’une amélioration substantielle est apportée — ce que l’on appelle le «changement d’étape». 

En ce qui concerne les zones à haut débit grises de nouvelle génération, la Commission doit être informée et elle procédera à une analyse plus détaillée afin de vérifier si une intervention étatique est réellement nécessaire. Les zones grises de prochaine génération se réfèrent à celles où un seul réseau de nouvelle génération est actuellement en place ou sera déployé au cours des trois prochaines années et aucun opérateur ne prévoit de déployer un autre réseau de nouvelle génération au cours des trois prochaines années. Afin d’éviter de notifier des projets uniques, la notification devrait être effectuée, dans la mesure du possible, au niveau régional ou national.

Le «changement d’étape» est présent si les deux conditions suivantes sont remplies:

  1. denouveaux investissements importants dans les réseaux à haut débit sont mis en œuvre;
  2. L’infrastructure subventionnée apporte d’ importantes nouvelles capacités sur le marché en termes de disponibilité et de capacité des services à large bande, de vitesses et de concurrence.

Pour éviter d’évincer les investissements privés, l’appréciation par la Commission des aides d’État doit veiller à ce que les investissements publics corrigent une défaillance du marché. Par conséquent, l’investissement public ne devrait avoir lieu que lorsque le marché ne fournit pas la connectivité souhaitée et si le réseau financé par l’État offre une connectivité nettement au-delà de l’offre commerciale.

La Commission européenne a déjà approuvé, en vertu des règles de l’UE en matière d’aides d’État, des projets visant à investir dans des réseaux à haut débit à très haute capacité dans les zones grises. Un exemple est l’Allemagne, où le soutien à 6 municipalités bavaroises déjà dotées d’une connectivité de 30 Mbps entraînera un «changement progressif» de la connectivité. Cependant, ceux qui mettent en œuvre des mesures de soutien doivent veiller à ce que les investissements privés ne soient ni empêchés ni dévalués.

Les aides d’État en faveur de projets à haut débit peuvent être octroyées par des fonds nationaux et par des fonds européens au titre des Fonds structurels et d’investissement européens (Fonds ESI). Doté d’un budget total de plus de 638 milliards d’euros pour la période 2014-2020, le Fonds ESI soutient les thèmes suivants liés aux TIC dans l’UE:

  • compétitivité des PME avec environ 94 milliards d’euros
  • recherche et innovation avec environ 65 milliards d’euros
  • technologies de l’information et de la communication avec ~ 20 milliards d’euros

Plus d’informations sur les fonds européens.

Manuel à l’intention des décideurs

Un manuel à l’intention de toutes les parties prenantes qui investissent dans le haut débit avec un soutien public explique commentconcevoir un bon projet dès le début et avec qui contacter au niveau régional et européen pour obtenir des conseils. Il décrit également les conditions minimales d’approbation des aides d’État.

Sessions de formation en matière d’aides d’État pour les BCO

  • La session de formation sur les aides d’État de juin 2018 a abordé la question cruciale de la planification des aides d’État dans les zones où 30 Mbps sont déjà disponibles. Un rapport de la session résume les présentations et les études de cas.
  • Un rapport de la session de formation sur les aides d’État de 2017 résume les aspects de planification, les procédures et le processus d’approbation, le suivi et l’établissement de rapports et les discussions de l’événement.

Les rapports et présentations de ces sessions de formation du réseau BCO sont mis à la disposition des BCO par l’intermédiaire du forum dédié.

Subventions

Une subvention sera toujours considérée comme une aide d’État. Les investisseurs privés peuvent considérer l’octroi d’une aide d’État comme une reconnaissance de l’existence d’une défaillance du marché. Cela réduit la confiance dans les rendements que les investisseurs privés pourraient attendre du marché par rapport à d’autres opportunités.

Les pouvoirs publics peuvent fixer une série de conditions et d’exigences à l’octroi de la subvention, y compris, mais sans s’y limiter:

  • réalisation de produits socio-économiques définis dont l’entité peut assumer la responsabilité;
  • restitution d’une partie de la subvention, si l’entité obtient des avantages plus importants que prévu du projet (tels que le chiffre d’affaires excessif ou les bénéfices), connue sous le nomde «recouvrement»;
  • transparence des comptes et performance de l’entité par rapport à l’objectif de la subvention.

Mesures ne constituant pas une aide d’État

Les mesures visant à soutenir le déploiement du haut débit sans constituer d’aide d’État comprennent:

  • Le déploiement d’un réseau d’accès de nouvelle génération (NGA) à des fins non commerciales, c’est-à-dire uniquement pour l’utilisation de l’administration publique. Cependant, il peut devenir très difficile d’utiliser le réseau pour se connecter aux citoyens, car cela peut impliquer certains éléments commerciaux.
  • Mettre des capitaux, directement ou indirectement, à la disposition d’une entreprise et ce soutien correspond à des conditions de marché «normales» (principe de l’investisseur en économie de marché, MEIP).
  • L’auto-évaluation et un plan d’affaires approprié permettent de s’assurer que la participation au capital ou l’injection de capital présente des perspectives suffisantes de rentabilité à long terme.

Le déploiement peut être considéré comme un service d’intérêt économique général (SIEG) et qui remplit les quatre «critères Altmark».

Mesures constituant une aide d’État mais pour lesquelles aucune notification n’est requise

Même lorsque le financement du projet constitue une aide d’État, il n’est toujours pas nécessaire de la notifier si:

  • le projet s’inscrit dans un régime d’aides d’État déjà approuvé;
  • le montant total des subventions (en espèces et en nature) pour les mêmes coûts éligibles sur une période de trois exercices n’excède pas 200 000 EUR (règle de minimis);
  • le montant total des prêts s’élève à 1 million d’EUR, en fonction des garanties et de la durée du prêt (règle «de minimis»), ou
  • la garantie ne dépasse pas 80 % du prêt sous-jacent et soit le montant garanti est de 1,5 million d’euros et la durée de la garantie est de cinq ans, soit le montant garanti est de 750 000 EUR et la durée de la garantie est de 10 ans (règle de minimis).

Le règlement général d’exemption par catégorie révisé exempte des aides d’État les aides à la notification des aides d’État en faveur des infrastructures à haut débit jusqu’à concurrence de 70 millions d’euros par projet (c’est-à-dire les infrastructures à haut débit passives, les travaux de génie civil liés au haut débit, le déploiement de réseaux à haut débit de base et le déploiement des réseaux NGA) si:

  • L’investissement a lieu dans les zones blanches;
  • L’aide est allouée sur la base d’une procédure de sélection concurrentielle et l’opérateur de réseau offre l’accès de gros actif et passif le plus large possible, y compris la dissociation physique des réseaux NGA.

Le RGEC prévoit également la possibilité d’accorder des aides régionales au développement des réseaux à haut débit si les conditions suivantes sont remplies:

  • l’aide ne doit être accordée que dans les zones où il n’existe pas de réseau de la même catégorie (haut débit de base ou NGA) et où aucun réseau de ce type n’est susceptible d’être développé à des conditions commerciales dans un délai de trois ans à compter de la décision d’octroi de l’aide;
  • l’opérateur de réseau subventionné doit offrir un accès de gros actif et passif dans des conditions équitables et non discriminatoires, y compris la dissociation physique dans le cas des réseaux NGA; et
  • L’aide est allouée sur la base d’une procédure de sélection concurrentielle.

 

Dernières nouvelles

COMMUNIQUÉ DE PRESSE |
Politique de cohésion de l’UE: Plus de 1.5 millions de projets financés par l’UE sont accessibles sur une nouvelle plateforme publique

La Commission a lancé cette semaine «Kohesio», une plateforme publique en ligne rassemblant toutes les informations sur plus de 1.5 millions de projets dans les 27 États membres financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds de cohésion et le Fonds social européen (FSE) depuis 2014.

Contenu associé

Vue d’ensemble

Planification de projets à large bande

La section de la planification du haut débit aide les municipalités et d’autres entités à planifier avec succès des projets de développement de la large bande.

À lire également

Haut débit: Modèles de porte-avions

Les municipalités, les entreprises municipales, les coentreprises et les entreprises privées peuvent participer à une, deux ou les trois étapes du développement du haut débit.

Haut débit: Acteurs de la chaîne de valeur

Les rôles de base du fournisseur d’infrastructure physique (PIP), du fournisseur de réseau (NP) et du fournisseur de services (SP) peuvent être assumés par différents acteurs.

Haut débit: Définition du plan

Un plan politiquement soutenu au niveau local, régional ou national, qui combine des objectifs avec des besoins et des parties prenantes spécifiques, est essentiel au succès du développement régional du haut débit.

Haut débit: Plan d’action

Le plan d’action détaille les coûts, les parties prenantes, les activités, la coordination et le suivi associés à la mise en œuvre de la stratégie en matière de haut débit.

Haut débit: Modèles d’investissement

Les modèles d’investissement offrent d’intéressantes possibilités d’implication pour une autorité publique qui s’engage dans le développement régional du haut débit.

Haut débit: Principaux outils de financement

Les principaux outils de financement des projets de développement du haut débit sont les ressources propres, le financement fondé sur les recettes, les prêts, les fonds propres et les subventions.

Haut débit: Réseau et topologie

Un réseau à large bande se compose de parties géographiques. La topologie d’un réseau décrit comment les différentes parties d’un réseau sont connectées. Les topologies les plus pertinentes pour l’épine dorsale et les réseaux de zones sont les topologies d’arbres, les topologies...

Haut débit: Choix de l’infrastructure

Les réseaux à large bande nécessitent différents types d’infrastructures en fonction de conditions logistiques, économiques ou démographiques différentes. Utilisez les questions pour vous aider à choisir.

Haut débit: Comparaison des technologies

Une comparaison des technologies à large bande présente les caractéristiques de chaque solution et aide à décider de la meilleure solution pour différentes régions.