Skip to main content
Bâtir l’avenir numérique de l’Europe

L’avenir de l’agriculture est là

L’avenir de l’agriculture repose sur la recherche, l’innovation et le renforcement des capacités dans le secteur agroalimentaire financés par des initiatives-cadres multifinancières.

    Une image illustrant la transformation numérique de l’agriculture.

Getty Images

Un graphique montrant les prévisions de la numérisation de l’agriculture au cours du prochain cadre financier pluriannuel.

Horizon Europe

Dans le cadre du programme Horizon Europe, la recherche et l’innovation (R & I) sont un moteur essentiel pour accélérer la transition vers des systèmes alimentaires durables, sains et inclusifs. La Commission a investi dans des projets Horizon 2020 pour stimuler l’innovation dans le secteur agricole et, dans le cadre du deuxième pilier d’Horizon Europe, 9 milliards d’euros seront investis dans le groupe 6 «alimentation, bioéconomie, ressources naturelles, agriculture, pêche, aquaculture et environnement», y compris l’utilisation de solutions numériques pour le secteur agricole. En outre, dans le cadre du pilier II, groupe 4 «Numérique, industrie et espace», des technologies innovantes telles que l’IoT, l’informatique en nuage et en périphérie, l’IA, la robotique et la blockchain seront testées et validées dans des cas d’utilisation agricole.

Groupe 4: Numérique, industrie et espace

Essais et validation de technologies innovantes au moyen de cas d’utilisation en agriculture: IoT, IA, robotique, blockchain et Edge computing.

Groupe 6: Alimentation, Bioéconomie, Ressources naturelles, Agriculture et Environnement

  • Appliquer des technologies de pointe dans l’agroalimentaire: drones, IoT intelligent, IA, mise à l’échelle des données de capteurs en temps réel, 5G et solutions de pointe pour l’agriculture à distance
  • Analyse croisée des avantages
  • Exploration potentielle du marché, feuille de route pour l’adoption des technologies

NUMÉRIQUE

Le programme DIGITAL:

  • Un espace européen commun de données agricoles
  • Installations de test et d’expérimentation de l’IA
  • Pôles d’innovation numérique
  • Compétences numériques

Un espace européen commun de données agricoles

  • La Commission soutiendra la mise en place d’un espace européen commun de données agricoles facilitant le partage et la mise en commun fiables des données agricoles.
  • L’espace de données augmentera les performances économiques et environnementales du secteur agricole.
  • Il optimisera l’utilisation des ressources naturelles et contribuera à la réalisation des objectifs du pacte vert et de la politique agricole commune.

Lors de l’élaboration de modèles de gouvernance et d’entreprise pour l’espace européen commun des données agricoles, l’évolution de l’environnement réglementaire et l’expérience acquise avec le code de conduite de l’UE en matière de partage des données agricoles par accord contractuel seront prises en considération.

Un graphique montrant les différents acteurs bénéficiant de la mise en place d’un espace européen commun de données agricoles.

Installations d’essai et d’expérimentation d’intelligence artificielle

  • Dans le cadre du programme pour une Europe numérique, la Commission européenne et les États membres développeront des installations d’essai et d’expérimentation de référence (TEF) de classe mondiale pour l’IA dans plusieurs secteurs, y compris pour l’agroalimentaire.
  • Les fournisseurs de technologies innovantes tels que les start-ups et les PME bénéficieront d’un soutien professionnel pour tester et valider leurs solutions d’IA et de robotique dans des conditions réelles.
  • L’adoption d’une IA digne de confiance pour le secteur agroalimentaire européen sera stimulée.

TEF bénéficiera de mises à niveau des normes mondiales de référence.

Un graphique montrant les différents acteurs bénéficiant des installations de test et d’expérimentation dans le secteur agroalimentaire.

Pôles européens d’innovation numérique

La Commission accélérera l’utilisation optimale des technologies numériques en mettant en place des pôles européens d’innovation numérique. Dans le secteur agricole, les expériences et les enseignements tirés des DIH SmartAgriHubs et AgroRobofood existants constitueront un bon point de référence.

Les DIH européens fournissent une expertise technologique et des installations d’expérimentation pour permettre la transformation numérique de l’industrie et du secteur public.

Un graphique montrant les différents avantages apportés par les pôles européens d’innovation numérique.

Compétences numériques

Comme le montre le graphique, les compétences (numériques) et la formation sont essentielles au succès des EDIH. Des investissements sont nécessaires pour améliorer les compétences numériques des agriculteurs. Cela peut être réalisé au moyen de programmes ou de modules d’éducation spécialisée dans des domaines clés de capacité. En outre, il convient d’apporter un soutien à la conception et à la mise en œuvre de cours spécifiques dans le domaine des technologies numériques à l’intention des professionnels du secteur agricole.

Quels sont les principaux objectifs de la nouvelle politique agricole commune?

Il est proposé de structurer la politique agricole commune (PAC) après 2020 autour de 9 objectifs spécifiques et d’un objectif transversal en matière de numérisation, de connaissance et d’innovation. Les États membres disposeront d’un portefeuille d’outils relevant de la PAC qu’ils pourront inclure dans leurs plans stratégiques nationaux relevant de la PAC pour stimuler la numérisation dans l’agriculture et les zones rurales, par exemple les services de conseil, l’échange de connaissances, le soutien à l’investissement ou le partenariat européen d’innovation pour la productivité et la durabilité agricoles (PEI-AGRI).

Un graphique montrant l’aspect transversal de la connaissance et de l’information numériques dans le contexte des 9 objectifs de la politique agricole commune.

Le PEI-AGRI (partenariat européen d’innovation pour la productivité et la durabilité agricoles) vise à:

  • Encourager l’innovation en faveur d’une agriculture et d’une sylviculture compétitives et durables dans l’UE.
  • Soutenir des projets innovants du groupe opérationnel (OG) axés sur les besoins des agriculteurs pour co-créer et tester des solutions innovantes prêtes à la pratique.
  • Jusqu’à présent, 2000 projets OG ont été financés, et un certain nombre d’entre eux ont travaillé sur des innovations numériques.

Qu’en est-il de la stratégie de la ferme à la table?

L’un des piliers du pacte vert pour l’UE est la stratégie «De la ferme à la table». Dans cette stratégie, les objectifs à l’horizon 2030 en matière de production alimentaire durable sont difficiles et ambitieux pour le secteur agricole, dans lequel le numérique est la clé du succès. Une mise en œuvre réussie de cette stratégie a été un cas d’utilisation IoF2020 sur l’agriculture arable, où les technologies IoT ont été utilisées pour optimiser l’utilisation des pesticides sur la terre, réduire au minimum les produits chimiques nocifs dans l’environnement et rendre les cultures sûres pour la consommation.

Un graphique montrant les 4 objectifs principaux de la stratégie «De la ferme à la table».

Comme annoncé dans la stratégie européenne pour les données, la Commission soutiendra la recherche, le développement et le déploiement à grande échelle d’infrastructures et de services en nuage de nouvelle génération dans l’ensemble de l’UE. Ces nouvelles capacités cloud et edge devraient être hautement sécurisées, totalement interopérables et offrir des plateformes et des services cloud ouverts et multifournisseurs. Ils permettront aux espaces de données européens et favoriseront des écosystèmes innovants de partage de données basés sur des solutions européennes en nuage et en périphérie.

Afin de coordonner les efforts d’investissement et de mobiliser les principaux acteurs industriels européens, les conclusions du Conseil européen et la déclaration commune des États membres sur l’informatique en nuage d’octobre 2020 appelaient au lancement de l’Alliance européenne pour les données industrielles, Edge & Cloud. L’alliance pourrait servir de plateforme unique aux parties prenantes pour planifier les investissements de l’UE et favoriser des partenariats stratégiques pour renforcer la position industrielle de l’Europe sur le marché mondial de l’informatique en nuage et en périphérie. L’alliance devrait soutenir l’intégration de ces investissements avec ceux prévus pour le déploiement d’espaces de données européens.

Si plusieurs États membres souhaitent proposer conjointement un projet important d’intérêt européen commun (IPCEI) axé sur les technologies de nouvelle génération pour l’infrastructure et les services en nuage et en périphérie, la Commission les accompagnera afin de les mettre en place conformément aux exigences de la communication IPCEI de 2014, qui pourraient bénéficier de l’allocation de fonds au titre de la facilité pour la reprise et la résilience et d’un éventuel projet multipays.

Comment la stratégie européenne Cloud & Edge pourrait-elle avoir un impact sur le secteur agricole?

L’espace européen commun des données agricoles devrait utiliser pleinement les infrastructures et services européens de cloud-to-edge financés dans le cadre du programme DIGITAL, une fois que ces infrastructures et services seront disponibles.

Comment la stratégie européenne pour les données affectera-t-elle le secteur agricole?

La stratégie européenne pour les données adoptée en février 2020 vise à créer un marché unique des données, garantissant la compétitivité mondiale de l’Europe. Cela signifie permettre le partage des données ainsi que des règles pratiques, équitables et claires sur l’utilisation et l’accès aux données. La communication pertinente de la Commission annonçait la création d’espaces de données spécifiques aux secteurs et aux domaines, parmi lesquels un espace européen commun de données agricoles.

Un graphique pour exposer les étapes de la stratégie européenne pour les données.

La Commission a proposé une loi sur la gouvernance des données en novembre 2020, qui comprend des mesures visant à accroître la confiance dans le partage de données entre entreprises (B2B). Cela crée des règles de l’UE en matière de neutralité afin de permettre aux nouveaux intermédiaires de données de fonctionner en tant qu’organisateurs de partage de données dignes de confiance, et comprend des mesures visant à faciliter la réutilisation de certaines données détenues par le secteur public.

Une photographie de Margarethe Vestager, vice-présidente exécutive, et Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur, lors d’une conférence de presse sur la gouvernance européenne des données.

D’ici la mi-2021, la Commission européenne proposera un acte d’exécution visant à rendre gratuitement les ensembles de données de grande valeur du secteur public dans un format lisible par machine pour être réutilisés. Ensuite, d’ici la fin de 2021, la Commission proposera une loi sur les données afin de stimuler l’utilisation des données privées par les gouvernements, en abordant les questions liées à l’accès aux données et à leur utilisation dans des contextes B2B.

La collaboration est essentielle au succès de l’Europe

Afin d’atteindre une véritable excellence dans la numérisation de l’agriculture, la collaboration est primordiale. La Commission européenne montre la voie à suivre grâce à une collaboration efficace et étroite entre la DG CNECT (direction générale des réseaux de communication, du contenu et des technologies) et la DG AGRI (direction générale de l’agriculture et du développement rural), donnant l’exemple à toutes les parties prenantes.

Comme il est largement admis, nous sommes plus forts lorsque nous travaillons ensemble. La communication entre les agriculteurs, les fabricants de machines agricoles, les coopératives et les fournisseurs de pesticides doit être facilitée, ainsi que pour les acteurs privés tels que les ministères du numérique et de l’agriculture, et d’autres dans le secteur public. Ce n’est qu’alors que nous pourrons réussir la transformation numérique de l’agriculture.

Contenu associé

Vue d’ensemble

La numérisation du secteur agricole européen

La transformation numérique de l’agriculture facilitera la coopération tout au long de la chaîne de valeur, soutiendra les agriculteurs et offrira des opportunités aux PME innovantes.

À lire également

Explorez sur ce site