Skip to main content
Bâtir l’avenir numérique de l’Europe

Législation européenne sur les données ouvertes

La directive sur les données ouvertes et la réutilisation des informations du secteur public établit des règles communes pour un marché européen des données détenues par les pouvoirs publics.

    flux de données

© Suebsiri - iStock Getty Images Plus

La directive sur les données ouvertes et la réutilisation des informations du secteur public, également connue sous le nom de directive sur les données ouvertes, est entrée en vigueur le 16 juillet 2019, remplaçant la directive sur les informations du secteur public (ISP).

Le processus de réexamen qui a conduit à l’adoption de la directive sur les données ouvertes a été lancé en 2017. La Commission européenne a ouvert une consultation publique en ligne sur la révision de la directive 2013/37/UE, qui a modifié la directive ISP. 

Sur la base des résultats de la consultation, ainsi que d’une évaluation approfondie de la directive et d’une analyse d’ impact, une proposition de révision de la directive a été adoptée par la Commission européenne le 25 avril 2018.

Les négociateurs du Parlement européen, du Conseil de l’UE et de la Commission sont parvenus à un accord sur la révision proposée par la Commission en janvier 2019. Lorsqu’elle a été adoptée en juin 2019, la directive a été rebaptisée directive sur les données ouvertes et l’information du secteur public et rendra les données du secteur public et les données financées par des fonds publics réutilisables.

La directive ISP se concentre sur les aspects économiques de la réutilisation des informations plutôt que sur l’accès des citoyens à l’information. Il encourage les pays de l’UE à mettre à disposition autant d’informations que possible en vue de leur réutilisation. Il traite des documents détenus par des organismes du secteur public dans les pays de l’UE, aux niveaux national, régional et local. Il s’agit notamment du matériel détenu par les ministères, les agences d’État, les municipalités et les organisations financées principalement par des autorités publiques ou sous leur contrôle, telles que les instituts météorologiques.

Les contenus détenus par les musées, les bibliothèques et les archives relèvent également du champ d’application de la directive à la suite de la révision en 2013.

La directive couvre les textes écrits, les bases de données, les fichiers audio et les fragments de films. Elle ne s’applique pas à la directive sur les données éducatives, scientifiques et ouvertes.

La directive s’articule autour de deux volets clés du marché intérieur: transparence et concurrence loyale.

Une fois pleinement transposées au niveau national, les nouvelles règles:

  • stimuler la publication de données dynamiques et l’adoption des interfaces de programme d’application (API);
  • limiter les exceptions qui permettent actuellement aux organismes publics de facturer plus que les coûts marginaux de diffusion pour la réutilisation de leurs données;
  • élargir le champ d’application de la directive pour:
    • Données détenues par des entreprises publiques, en vertu d’un ensemble spécifique de règles. En principe, la directive ne s’appliquera qu’aux données que les entreprises mettent à disposition en vue de leur réutilisation. Les redevances pour la réutilisation de ces données peuvent être supérieures aux coûts marginaux de diffusion;
    • Données de recherche résultant d’un financement public — les États membres seront invités à élaborer des politiques de libre accès aux données de recherche financées par des fonds publics. De nouvelles règles faciliteront également la réutilisation des données de recherche déjà contenues dans les dépôts ouverts.
  • renforcer les exigences de transparence pour les accords public-privé impliquant l’information du secteur public, en évitant les accords exclusifs.

La directive sur les données ouvertes exige l’adoption par la Commission, au moyen d’un futur acte d’exécution, d’une liste d’ensembles de données de grande valeur à fournir gratuitement. Ces ensembles de données, à identifier dans une gamme thématique décrite à l’annexe de la directive, présentent un potentiel commercial élevé et peuvent accélérer l’émergence de produits d’information à valeur ajoutée à l’échelle de l’UE. Ils serviront de sources de données clés pour le développement de l’intelligence artificielle.

Mise en œuvre dans le droit national

Les pays de l’UE devaient transposer la directive (UE) 2019/1024 au plus tard le 16 juillet 2021.

Veuillez consulter notre aperçu détaillé de la législation mettant en œuvre l’ancienne «directive ISP» dans chaque pays de l’UE et dans les pays de l’Espace économique européen.

Vers une liste d’ensembles de données de haute valeur

La directive introduit le concept d’ensembles de données de grande valeur. Définie comme des documents, la réutilisation d’ensembles de données de grande valeur est associée à d’importants avantages pour la société et l’économie. Ils sont soumis à un ensemble distinct de règles garantissant leur disponibilité gratuite, dans des formats lisibles par machine. Ils sont fournis via des interfaces de programmation d’applications (API) et, le cas échéant, en téléchargement massif. Le champ d’application thématique des ensembles de données de grande valeur est fourni dans une annexe de la directive.

Les catégories thématiques d’ensembles de données de grande valeur visées à l’article 13, paragraphe 1, de la directive sont les suivantes:

  1. géospatiale
  2. observation de la Terre et environnement
  3. météorologiques
  4. statistiques
  5. entreprises et propriété de l’entreprise
  6. mobilité

En 2021, la Commission adoptera une liste d’ensembles de données spécifiques de grande valeur au moyen d’un acte d’exécution. Cela se fera dans les limites fixées et avec l’aide d’un comité des données ouvertes et de la réutilisation des informations du secteur public composé de représentants des pays de l’UE.

Plus d’informations sur le Comité des données ouvertes et la réutilisation des informations du secteur public (Code: C51600) est disponible dans le registre de comitologie.

Qu’en est-il des documents de la Commission?

La directive n’impose des obligations qu’aux États membres. Par conséquent, la Commission a adopté une décision distincte autorisant la réutilisation de ses propres documents, allant au-delà des règles de l’ancienne directive ISP.

Dernières nouvelles

COMMUNIQUÉ DE PRESSE |
la Commission invite 18 États membres à se conformer à l’acte de l’UE sur la gouvernance des données

La Commission européenne a décidé d’ouvrir des procédures d’infraction en envoyant une lettre de mise en demeure à 18 États membres qui n’ont pas désigné les autorités responsables de la mise en œuvre de l’acte sur la gouvernance des données ou qui n’ont pas prouvé que ces dernières sont habilitées à exécuter les tâches requises par l’acte.

Contenu associé

Vue d’ensemble

Données

Les données sont partout et se développent à un rythme sans précédent. La Commission a élaboré une stratégie européenne en matière de données pour nous aider à tirer parti de ses avantages.