Skip to main content
Bâtir l’avenir numérique de l’Europe

Le paquet législatif sur les services numériques

La législation sur les services numériques et la loi sur les marchés numériques visent à créer un espace numérique plus sûr dans lequel les droits fondamentaux des utilisateurs sont protégés et à créer des conditions de concurrence équitables pour les entreprises.

CC0 - Une Europe adaptée à l’ère du numérique: Nouvelles règles pour les plateformes numériques
fix-empty

La Commission européenne a proposé deux initiatives législatives visant à améliorer les règles régissant les services numériques dans l’UE: la loi sur les services numériques et la loi sur les marchés numériques (DMA). La Commission a présenté les propositions en décembre 2020 et, le 25 mars 2022, un accord politique a été conclu sur la loi sur les marchés numériques et le 23 avril 2022 sur la législation sur les services numériques.

Ensemble, ils forment un ensemble unique de nouvelles règles qui seront applicables dans l’ensemble de l’UE afin de créer un espace numérique plus sûr et plus ouvert.

La DSA et la DMA ont deux objectifs principaux:

  1. créer un espace numérique plus sûr dans lequel les droits fondamentaux de tous les utilisateurs de services numériques sont protégés;
  2. établir des conditions de concurrence équitables pour favoriser l’innovation, la croissance et la compétitivité, tant dans le marché unique européen que dans le monde.

 

Qu’est-ce que les services numériques?

Les services numériques comprennent une grande catégorie de services en ligne, des sites Web simples aux services d’infrastructure Internet et aux plateformes en ligne.

Les règles spécifiées dans la DSA concernent principalement les intermédiaires et les plateformes en ligne. Par exemple, les places de marché en ligne, les réseaux sociaux, les plateformes de partage de contenu, les magasins d’applications et les plateformes de voyage et d’hébergement en ligne.

La loi sur les marchés numériques comprend des règles qui régissent les plateformes en ligne de contrôleur d’accès. Les plateformes de contrôleur d’accès sont des plateformes numériques qui jouent un rôle systémique dans le marché intérieur et servent de goulets d’étranglement entre les entreprises et les consommateurs pour les services numériques importants. Certains de ces services sont également couverts par la loi sur les services numériques, mais pour des raisons différentes et avec différents types de dispositions.

Pourquoi avons-nous besoin de nouvelles règles?

Le développement rapide et généralisé des services numériques a été au cœur des changements numériques qui ont un impact sur nos vies. De nombreuses nouvelles façons de communiquer, d’acheter ou d’accéder à l’information en ligne sont apparues, et elles sont en constante évolution. Nous devons veiller à ce que la législation européenne évolue avec eux.

Les plateformes en ligne ont apporté des avantages considérables aux consommateurs et à l’innovation et ont aidé le marché intérieur de l’Union européenne à devenir plus efficace. Elles ont également facilité les échanges transfrontaliers à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union. Cela a ouvert de nouvelles opportunités à une variété d’entreprises et de commerçants européens en facilitant leur expansion et leur accès à de nouveaux marchés.

Bien qu’il existe un large consensus sur les avantages de cette transformation, les problèmes qui se posent ont de nombreuses conséquences pour notre société et notre économie. L’une des principales préoccupations est le commerce et l’échange de biens, de services et de contenus illicites en ligne. Les services en ligne sont également utilisés à mauvais escient par des systèmes algorithmiques manipulateurs pour amplifier la propagation de la désinformation, et à d’autres fins nuisibles. Ces nouveaux défis et la manière dont les plateformes les abordent ont un impact significatif sur les droits fondamentaux en ligne.

Malgré toute une série d’interventions sectorielles ciblées au niveau de l’UE, il subsiste d’importantes lacunes et des contraintes juridiques à combler.

L’accélération de la numérisation de la société et de l’économie a créé une situation dans laquelle quelques grandes plateformes contrôlent d’importants écosystèmes de l’économie numérique. Ils sont apparus comme contrôleurs d’accès sur les marchés numériques, avec le pouvoir d’agir en tant que législateurs privés. Ces règles entraînent parfois des conditions injustes pour les entreprises utilisant ces plateformes et moins de choix pour les consommateurs.

Compte tenu de ces évolutions, l’Europe a besoin d’un cadre juridique moderne qui garantisse la sécurité des utilisateurs en ligne, établit une gouvernance avec la protection des droits fondamentaux à l’avant-garde et maintient un environnement équitable et ouvert sur les plateformes en ligne.

Quel était le processus jusqu’à présent et comment les parties prenantes étaient-elles impliquées?

La Commission a consulté un large éventail de parties prenantes dans le cadre de la préparation de ce paquet législatif. Ces parties prenantes comprenaient le secteur privé, les utilisateurs des services numériques, les organisations de la société civile, les autorités nationales, le monde universitaire, la communauté technique, les organisations internationales et le grand public. Une série d’étapes de consultation complémentaires ont également été menées pour recueillir pleinement les points de vue des parties prenantes sur les questions liées aux services et aux plateformes numériques.

La Commission a consulté les parties prenantes afin de soutenir davantage ses travaux dans ce domaine au cours de l’été 2020. Les éléments probants ont été utilisés pour identifier des questions spécifiques pouvant nécessiter une intervention au niveau de l’UE dans le contexte de l’ASD et de l’AMD. Les citoyens et organisations européens et non européens ont été invités à contribuer à cette consultation.

La Commission a présenté les propositions en décembre 2020 et, le 25 mars 2022, un accord politique a été conclu sur la loi sur les marchés numériques et le 23 avril 2022 sur la législation sur les services numériques.

Prochaines étapes

À la suite de l’adoption du train de mesures sur les services numériques en première lecture par le Parlement européen en juillet 2022, les deux textes doivent maintenant être adoptés par le Conseil de l’Union européenne. Après l’adoption par le Conseil, tant la loi sur les services numériques que la loi sur les marchés numériques seront signées par les présidents des deux institutions et publiées au Journal officiel. Les deux actes entreront en vigueur 20 jours après leur publication au Journal officiel.

L’ASD sera directement applicable dans l’ensemble de l’UE et s’appliquera quinze mois ou à compter du 1er janvier 2024, selon la date la plus tardive, après l’entrée en vigueur. En ce qui concerne les obligations pour les très grandes plateformes en ligne et les très grands moteurs de recherche en ligne, la DSA s’appliquera à partir d’une date antérieure, soit quatre mois après leur désignation.

À compter du 12 octobre 2022, la DMA a été publiée au Journal officiel. Le 1er novembre 2022, la DMA entrera en vigueur et deviendra applicable six mois plus tard. Les contrôleurs d’accès désignés disposeront d’un délai maximal de six mois à compter de la décision de désignation de la Commission pour garantir le respect des obligations énoncées dans la loi sur les marchés numériques.

Analyses d’impact et consultations publiques

 

Dernières nouvelles

Contenu associé

Vue d’ensemble

Plateformes en ligne et commerce électronique

L’UE veut faire en sorte que les entreprises et les citoyens puissent utiliser les plateformes en ligne et les services de commerce électronique où qu’ils se trouvent dans l’UE.

À lire également

Règles du commerce électronique dans l’UE

La Commission européenne supprime les obstacles en ligne afin que les citoyens puissent accéder pleinement à tous les biens et services offerts en ligne par les entreprises de l’UE.

Plateformes en ligne

La Commission européenne vise à favoriser un environnement dans lequel les plateformes en ligne prospèrent, traitent les utilisateurs de manière équitable et prennent des mesures pour limiter la propagation des contenus illicites.